C'est Nadine ~ Médecin à A CHACUN SON CAP

Nadine, pédiatre à l’hôpital de Brest, répond chaque saison depuis cinq ans à l’appel d’« A chacun son cap ».
 
Elle est l’un de nos médecins attitrés, que ce soit pour un week-end ou pour une croisière, en mer ou à terre. Dis donc, Nadine, tu ne serais pas de ceux qui rapportent du boulot à la maison, par hasard ?!

 

A chacun son cap : Toi la Chamoniarde, quelles circonstances t’ont fait traverser la France pour te retrouver à Brest ?

Nadine : J’ai fait mon internat en pédiatrie à l’hôpital de Brest. Ensuite, un poste s’est ouvert dans le service, alors j’y suis restée. 
 

ACSC : Pas trop dur de s’installer au bout du monde ?
 

Nadine : Forcément un peu, au départ. Je ne connaissais pas la région et j’étais à plus de 1 000 km de ma famille. Finalement, je me suis assez rapidement habituée au climat breton !

ACSC : Comment as-tu connu « A chacun son cap » et qu’est-ce qui t’a décidée à donner de ton temps ?
 

Nadine : J’ai fait mon internat en même temps que Pierre, un des médecins de l’asso. C’est lui qui m’a fait connaître « A chacun son cap » et proposé d’être, comme lui, médecin bénévole pendant les séjours.
 

ACSC : Du coup, tu as découvert et l’asso. et la navigation ?
 

Nadine : Oui, je n’étais jamais montée sur un bateau. Je dois dire que j’ai beaucoup eu le mal de mer. Je l’ai toujours, mais je m’améliore !
 

ACSC : T’occuper d’enfants tout au long de l’année à l’hôpital et « rempiler » avec nous, ce n’est pas un peu beaucoup ?
 

Nadine : Je n’ai pas du tout le sentiment de transposer mon environnement professionnel en mer. A l’hôpital, même si je suis parfois des enfants soignés en oncologie, les pathologies sont autres. Mon rôle auprès des enfants qui embarquent avec « A chacun son cap » est très différent. Avec eux, je suis moins médecin que sentinelle, il est rare que j’aie à soigner ou à prendre des décisions d’ordre strictement médical. A bord, le médecin est présent sans en avoir l’air.
 

ACSC : Les enfants perçoivent-ils aussi cette différence ?
 

Nadine : Oui. Pour eux, je suis Nadine, comme Fred est Fred, Sido est Sido. Je n’ai pas de blouse blanche, je participe comme eux à la vie du groupe, je profite comme eux du séjour. Le but n’est pas de recréer l’hôpital à bord, mais au contraire de le faire oublier.
 

ACSC : Réussis-tu à mesurer l’impact d’un séjour sur toi, ainsi que sur les participants que tu re-croises ensuite à l’hôpital ?
 

Nadine : Je constate que pour ceux qui, hélas, doivent repasser par la case hôpital après leur séjour en mer, la parenthèse « A chacun son cap » est très profitable. Ils ont meilleur moral, ils gardent le sourire et la pêche qu’ils ont eus pendant un week-end ou une semaine. C’est une satisfaction pour nous médecins accompagnateurs, c’est très dynamisant.
 

ACSC : Qu’est-ce qui, pour toi, est le plus positif pendant ton séjour ?
 

Nadine : D’abord, c’est une semaine de vacances ! Des vacances au sein d’un groupe très vite soudé, dans une ambiance très particulière, assez éloignée de la colonie, je pense. Ensuite, ce sont les discussions que je peux avoir avec les adolescents. Ce sont des participants très impliqués dans les choix qu’ils ont dû faire ou devront encore faire pour leur santé. Ils sont conscients de tout, cela donne des échanges très forts.

ACSC : Et qu’est-ce qui est négatif ou laisse le plus de traces ?
 

Nadine : C’est sans hésiter le coup dur, par exemple un problème d’adaptation au milieu marin ou une évacuation. Le premier jour, les enfants arrivent avec un visage souvent fermé, surtout quand c’est leur première sortie après le traitement, et la première sortie sans les parents. Et puis, dès le lendemain, ils ont le sourire et ils le gardent jusqu’à la fin. Alors, bien entendu, quand un imprévu vient jouer les trouble-fête, tout le monde accuse le coup.

ACSC : Penses-tu continuer longtemps encore à être médecin bénévole pour « A chacun son cap » ?
 

Nadine : Je l’espère, en fonction de mes disponibilités. Pour le moment, je ne vois aucune raison d’arrêter.
 

ACSC : Pour terminer, confie-nous un de tes rêves.
 

Nadine : Partir en croisière !
 

ACSC : Vraiment ?

Nadine : Vraiment ! 


Merci Nadine d’avoir trouvé un petit moment pour nous parler de ton expérience avec « A chacun son cap ». Nous sommes heureux de te compter parmi nos bénévoles. Et nous nous réjouissons que, toi la montagnarde, tu sois devenue une vraie accro de la plaisance. D’ailleurs, si un tour-opérateur spécialiste des croisières tient à soutenir notre action, qu’il sache que Nadine est prête à tester leurs conditions de navigation dans quelque lointain atoll pendant… disons, un bon mois !

 

      


Fil rouge de cette rubrique, quelques petites questions inspirées du portrait chinois :


Si tu étais un objet, tu serais… Un agenda

Si tu étais une chanson, tu serais… « No surprised » de Radiohead
 
Si tu étais un lieu, tu serais… Une île (Houat, par exemple)
 
Si tu étais un son, tu serais… Un bip
 
Si tu étais une odeur, tu serais… Un parfum
 
Ton dernier fou rire ? Devant « L’âge de glace »
 
Le trait de caractère dont tu es le plus fier ? Ma générosité
 
Le trait de caractère dont tu es le moins fier ? Ma maladresse !
 
Le talent que tu aimerais posséder ? Savoir écrire
 
Si tu ne pouvais emporter qu’une chose en mer, ce serait… Mon iPod


 



Tous les portraits :
Nos partenaires
Actualités
Qui c'est ?
Témoignages