C'est Jacqueline ~ Psychologue à l'hôpital Robert Debré de Paris

Jacqueline est docteur en psychologie, psychanalyste à l’hôpital Robert Debré, dans le centre de Psychanalyse E. et J. Kestemberg. C’est aussi notre référent pour les enfants et adolescents soignés là-bas, que nous accueillons pour un week-end ou une semaine en mer.

L’atout de Jacqueline dans le service : être à la fois juge et partie. Explication…

 

A chacun son cap : Parlez-nous de vous, de vos passions ?

Jacqueline : Je suis un « produit » du Jura et, même si je suis désormais parisienne, j’ai gardé de ma région le goût des randonnées. J’aime aussi d’autres formes de détente, comme la gym, le cinéma, le théâtre ou, plus simplement, les dîners entre amis.

A chacun son cap : Comment et pourquoi la psychanalyse ?

Jacqueline : J’étais infirmière, puis j’ai été victime d’un accident qui m’a valu une longue hospitalisation. J’étais alors en position d’affirmer qu’il est impossible de prendre soin des patients sans prendre en compte leur douleur psychique.

A chacun son cap : Quel est votre rôle dans le service ?

Jacqueline : Mon rôle est double : d’un côté, la prise en charge des enfants et de leurs parents ; de l’autre, la formation et le soutien du personnel soignant.

A chacun son cap : L’exercice de votre métier à l’hôpital, avec des enfants malades, serait-il différent dans un autre contexte ?

Jacqueline : Oui. Ce sont des enfants dont le pronostic vital est engagé, mais il faut garder l’espoir, être du côté de la vie. Et pourtant, tout peut basculer. Ce sont des rencontres très fortes sur le plan relationnel, les échanges sont tout sauf superficiels.

A chacun son cap : Que vous apprennent-ils sur vous, sur votre métier, que ne vous apprennent pas les adultes ?

Jacqueline : Les enfants sont courageux, perspicaces, authentiques dans leur relation à l’autre. Ils protègent très souvent les adultes.

A chacun son cap : Comment et quand avez-vous connu l’association ?

Jacqueline : J’ai connu “A chacun son cap” lors de sa création, lorsque vous êtes venus la présenter au sein de notre service.

A chacun son cap : Qu’est-ce qui vous a incitée à confier des enfants à “A chacun son cap” ?

Jacqueline : Le professionnalisme des participants, leur enthousiasme et l’envie d’apporter quelque chose d’exceptionnel à l’enfant. Pour que la maladie ne soit plus à elle seule une exception.

A chacun son cap : A combien de séjours « vos » enfants participent-ils chaque année ?

Jacqueline : Nous vous envoyons nos troupes au printemps, lors du séjour réservé aux adolescents, puis une semaine en juillet, à l’occasion des croisières d’été.

A chacun son cap : Accompagnatrice sur un bateau, vous y avez pensé, vous seriez tentée ?

Jacqueline : Oui, pour partager un moment fort avec vous tous. Mais je ne suis pas un loup de mer !

A chacun son cap : Les + des séjours ACSC

Jacqueline : Pour l’enfant, ils sont importants sur le plan psychique, car il prend conscience qu’il n’est pas seul à avoir été malade. Les séjours sont aussi l’occasion de l’apprentissage d’une vie sociale, l’occasion de dépasser ses limites. Pour la famille dans son ensemble, la séparation induite par le séjour est synonyme d’autonomie retrouvée pour l’enfant qui peut percevoir que ses parents, en le laissant partir, ont moins peur pour sa vie.

A chacun son cap : Les - des séjours ACSC

Jacqueline : Je n’en vois pas… Je ne vois que du dévouement, de l’énergie, du dynamisme.

A chacun son cap : Les projets de l’hôpital Debré avec « A chacun son cap »

Jacqueline : Nous ambitionnons de développer encore notre collaboration, en particulier de mieux réussir notre séjour « jeunes adultes ».

A chacun son cap : Lequel de vos rêves aimeriez-vous voir se réaliser ?

Jacqueline : J’aimerais que le mot cancer disparaisse de nos vies ou qu’au moins tous les enfants atteints de maladies du sang trouvent la voie de la guérison.

 

Fil rouge de cette rubrique, quelques petites questions inspirées du portrait chinois :

Si vous étiez un objet, vous seriez… Un vase

Si vous étiez une chanson, vous seriez… Une symphonie

Si vous étiez un lieu, vous seriez… Un jardin

Si vous étiez un son, vous seriez… Un chant d’oiseau

Si vous étiez une odeur, vous seriez… Un parfum

Si vous étiez un film ou un livre, vous seriez… Le livre “L’ombre du vent”, de Carlos Ruiz Zafon

Votre dernier fou rire ?  Tout à l’heure avec l’équipe

Votre définition du bonheur ? La relation et le partage avec les autres

Le trait de caractère dont vous êtes le plus fière ?   La générosité

Le trait de caractère dont vous êtes le moins fière ?  Trop perfectionniste

Le talent que vous aimeriez posséder ? L’exercice de la musique

Si vous ne pouviez emporter qu’une chose en mer, ce serait… Une bouteille d’eau



Tous les portraits :
Nos partenaires
Actualités
Qui c'est ?
Témoignages